En naviguant sur notre site vous acceptez le dépôt et l'utilisation de cookies sur votre ordinateur. Aucune donnée privée n'est enregistrée.
En savoir plus

 

Les protéines - l'ingrédient clé dans l'alimentation saine du chien

Les protides (dénomination des protéines dans la diététique) sont d'une importance primordiale.

Les protéines contenues dans les croquettes traditionnelles pour chiens sont obligatoirement déclarées sur les emballages dans l'ANALYSE sous forme de « Protéines brutes ». L’expression le suggère déjà : « brutes » donc le total des protéines, peu importe leur provenance.

Pour évaluer dans une première étape la qualité d'un aliment pour chiens à partir des protéines, il faut donc connaitre leurs origines. L'effort du le chien pour assimiler une protéine et d'autant plus élevé plus la protéine s'éloigne de son état d'origine.

Pour donner un exemple, en voici une énumération (incomplète) de différentes protéines animales.
Plus elles sont bas dans la liste, moins bonne est leur qualité - donc plus difficile leur assimilation.

  • Viande crue
  • Viande fraîche cuite
  • Farine de viande (espèce déclarée, p.ex. «poulet», «agneau», «bœuf»)
  • Farine de viandes (espères non déclarées)
  • Viande hydrolysée
  • Hydrolysat de viande
  • Farine animale
  • Hydrolysat de sous-produits animaux
  • Protéines d'origine animale
  • Hydrolysat de protéines animales 


Les croquettes pour chien et les tromperies sur les protéines

Malheureusement, de plus en plus de fabricants commencent à ramener leurs ingrédients sous forme de poudre et de farines à un équivalent de viande fraîche. Il s'agit alors d'une méthode via de simples méthodes de calcul, trompeuse qui vise à manipuler le consommateur. 
Ces fabricants partent de l'idée (tordue) qu'au début tout ingrédient animal était une fois « viande et sous-produit ».
Nous pouvons alors lire des déclarations de la sorte : 
  «72% de protéines issues de viande et sous-produits animaux » ou encore.
  «72% de protéines d'origine animale »

Et cela ne veut rien dire autre que 72% des protéines butes sont animales.
Pour une croquette chien qui contient 26% de protéines brutes, 
 18,72% seraient d'origine animale.

Encore une fois, pas de preuve de qualité, bien au contraire. 

Une pièce de viande bien marmorisée (graisse de qualité) sur notre assiette contient elle aussi +/- 18% de protéines.
La qualité de ces protéines (justes passés par une seule cuisson) est nettement plus élevée que celle d'une même quantité de protéines issues de « n'importe quoi » d'origine animale.

Et ce n'est pas tout !

L'ingrédient « Protéines d'origine animale » est une dénomination très généralisée :

Il peut s'agir d'une protéine issue de pure viande tout comme d'une protéine extraite de n'importe quel déchet d'abattoir comme des plumes, des becs, des sabots, des cornes, de la peau etc.
A la rigueur, on pourrait apprécier l'utilisation de telles parties animales dans l'idée de réduire les déchets. Or, ces protéines de déchets ne sont pas du tout faciles à assimiler et donc d'une qualité pauvre.

Et à cette problématique s'ajoute encore une autre ! L'extraction.
Dès le départ, la qualité n'est plus au rendez-vous. Le profil des acides aminés qui composent de ces protides est à tel point défavorable que les carnivores ont presque plus de peine pour éliminer les déchets causés par ces protéines que le profit qu'ils en tirent. Et puis les méthodes utilisées pour extraire les protéines n'en prennent pas soin du tout et ne font que diminuer davantage leur qualité. 
Dans la déclaration « PROTÉINES BRUTES », rien n'en tient compte.

Pour en conclure : Mieux vaut un pourcentage moins élevée en protéines, si pour cela elles sont d'une qualité élevée !